La construction et la maintenance des avions nécessite de préparer, protéger et traiter les matériaux métalliques ou composites. Créé en 1972, Socomore (CA 2017 : 55 M€ - 230 salariés) répond à ces besoins grâce à des solutions à forte valeur ajoutée. Ses clients, constructeurs aéronautiques et sous-traitants, exigent d'homologuer les produits.

« Cette démarche qui dure 5 à 10 ans constitue la principale barrière à l'entrée du marché, » précise Badri Ben Grine, Directeur chez Crédit Mutuel Equity (ex CM-CIC Investissement).

Photo Socomore materiel

A la hauteur de la demande

« Lorsque j'ai acquis Socomore, en 1998, j'ai décidé de transformer ce fournisseur des usines bretonnes d'Airbus en plateforme européenne, » souligne Frédéric Lescure, actuel PDG, qui a piloté 9 acquisitions.

« Outre l'appui d'un expert clé en fusion-acquisitions présenté par Crédit Mutuel Equity, nous avons développé une agilité interne en matière d'intégration, la phase la plus délicate. »

Socomore réalise 63 % de son chiffre d'affaires hors de France, en s'appuyant sur 17 filiales et sur ses unités de fabrication en France, Irlande et aux USA. Les perspectives de marché restent au beau fixe : au cours des 20 prochaines années, le nombre d'avions en service devrait passer de 20 500 à 42 530, avec des constructeurs qui développent, entre autres, des modèles plus abordables et moins gourmands en carburant.

« Pour bien prendre les nouveaux virages technologiques et environnementaux, Socomore mobilise 15 % de ses effectifs en R&D, » explique Badri Ben Grine.

« ...Socomore réalise 63% de son chiffre d'affaires hors de France, »

Photo Socomore Boeing

Grandir toujours...

Sur un marché déjà très concentré, les clients cherchent à réduire le nombre de leurs fournisseurs. Pour faire partie des acteurs incontournables, Socomore doit encore grandir et vise un chiffre d'affaires de 200 M€ en 2023. « Notre croissance viendra prioritairement des USA et de l'Asie, avec de nouvelles acquisitions, et un portefeuille de produits axé sur les peintures et mastics, » indique Frédéric Lescure.

Pour financer ces nouvelles ambitions, une opération de capital développement était nécessaire. Crédit Mutuel Equity a investi pour la 3e fois depuis 2011, apportant 20 M€ sur un tour global de 53,5 M€. « Je suis fidèle aux hommes qui ont gagné ma confiance, notamment en périodes de « gros temps », et qui me challengent avec bienveillance, car l'entrepreneur est le plus grand risque pour lui-même ! » confie Frédéric Lescure.